Avez-vous le syndrome de Cendrillon ?

Comme toutes les petites filles du monde vous avez dû un jour visionner le fameux dessin animé : celui d'une jolie jeune fille abandonnée dès son plus jeune âge par ses parents et ainsi dépossédée de ses ressources féminine et masculine aimantes et structurantes ?

Cendrillon c'est cette histoire qui témoigne du manque et de la tyrannie, ou comment une femme grandit et se construit dans la maltraitance, tyrannisée par une belle-mère froide et exigeante, injuste et méprisante.... identification à un bourreau externe (la société, nos éducateurs, notre patron...) que bien souvent nous avons introjecté comme une partie de nous même qui nous mène à la baguette !



La pauvre jeune femme n'a d'autre issue que d'espérer que sa marraine la fée intervienne pour lui donner l'opportunité d'échapper à sa condition de servante et de souillon, par un coup de baguette magique...


Enfin, elle devra attendre et espérer que le prince vienne la délivrer et la sauver (sauveur externe) pour lui rendre sa dignité, car elle ne peut parvenir à rien par elle-même... victime de sa vie.





Quelle morale tirez-vous de ce conte et comment celui-ci peut vous parler de votre histoire et du scénario que vous êtes peut-être inconsciemment en train de jouer ?

Et si on nous avait fourvoyé ? Si ce dessin animé n'était en fait qu'un marché de dupe faisant passer le message que la femme ne vaut pas grand chose par elle-même et qu'elle doit endurer une condition de subalterne jusqu'à ce qu'un providentiel chevalier blanc se présente (un amoureux ou un manager) pour l'élire ou la promouvoir au niveau supérieur ?


Il est grand temps pour les femmes aujourd'hui, et plus spécialement pour la femme que vous êtes, de remettre cette vieille histoire aux oubliettes et de vous créer une nouvelle réalité : l'histoire d'une femme puissante et digne, qui mérite ce qu'il y a de meilleur, sans sacrifier son bonheur et son équilibre au banc de la réussite et de l'accomplissement professionnel, car elle peut et doit tout avoir.